Aller au contenu principal
01 June 2017

L’Islande … une géologie exceptionnelle

Aux confins de l’océan atlantique, l’Islande présente un contexte géologique unique au monde, de par son ampleur. Située à la frontière des plaques tectoniques de l’Amérique du Nord et de l’Europe, l’île est située à l’aplomb de la dorsale médio-atlantique qui éloigne les deux continents depuis plus de 150 millions d’année et d’un panache mantellique communément appelé point chaud d’Islande.

 

L’association de ces deux phénomènes géologiques a provoqué la mise en place d’énormes quantités de lave au fur et à mesure de l’ouverture de l’océan Atlantique. Ces roches volcaniques recouvrent actuellement de nombreuses régions allant de l’Est du Groenland au nord de l’Ecosse et de l’Irlande. L’Islande, quant à elle, en est la manifestation actuelle. Elle a vu le jour il y a 20 millions d’année et continue inexorablement à grandir d’année en année au rythme de 2cm/an. Cette situation exceptionnelle en fait l’une des régions volcaniques et sismiques les plus actives au monde.

Ce contexte particulièrement actif a permis la formation d’une diversité de structures géologiques que l’on ne croise quasiment qu’en Islande : champs de fractures (branches émergées du rift de l’Atlantique Nord), failles transformantes qui permettent la transmission de la déformation entre deux branches du rift (comme la faille d’Husavik-Flatey au nord), zones géothermiques (où l’on retrouve solfatares, geysers, sources chaudes) et bien entendu des dizaines de volcans actifs aux types éruptifs très variés allant par exemple de l’éruption fissurale (Laki en 1783 ou la récente éruption de l’Holurhaun en 2015) à l’éruption phréato-magmatique sous-glaciaire (la désormais célèbre éruption de l’Eyjafjallajokull en 2010).

Le climat océanique humide et frais que subit l’île est quant à lui responsable d’importants phénomènes érosifs qui façonnent les paysages islandais. Les intenses chutes de neige hivernales alimentent chaque année les plus grands glaciers d’Europe qui forment ou ont formé les grandes vallées glaciaires et les fjords qui bordent l’Ile. Ces glaciers alimentent à leur tour de nombreuses rivières tumultueuses qui creusent d’énormes gorges dans les plateaux volcaniques, comme la Jökulsa á Fjöllum au nord, et forment d’innombrables chutes d’eau dont certaines sont mondialement célèbres (Skogafoss, Gullfoss ou encore Dettifoss, qui présente le plus gros débit d’une chute d’eau en Europe).

 

Ce cocktail à la fois géologique et climatique fait de l’Islande un territoire absolument majestueux, très prisé des géologues du monde entier qui auscultent les moindres respirations de l’île, mais également des photographes de paysage qui profitent pleinement des paysages incroyables, de la pureté des lumières arctiques aux couchers de soleil interminables ou des aurores boréales en hiver

 

                                     

Texte : Antoine Berger