18 October 2017

Le lac Kerkini : joyaux de la Macédoine

La Grèce du Nord est une région peu connue d'un point de vue touristique, mais c'est certainement la plus intéressante d'un point de vue ornithologique. On y trouve en effet une forte proportion des zones importantes pour la conservation des oiseaux du pays, avec notamment plusieurs zones humides comme les deltas de l'Evros et du Nestos, les lagunes de Porto Lagos ou les lacs Kerkini, Mikri Prespa et Megali Prespa. La forêt de Dadia, près de la frontière turque, accueille 26 espèces de rapaces diurnes !

Le lac aux oiseaux

La région du lac Kerkini est l'un des joyaux de la Macédoine. Situé au nord-est de Thessalonique près de la frontière bulgare, il abrite une faune et une flore extrêmement riche. Pour protéger cette partie importante et vitale des zones humides de la Macédoine de l'Est et de la Thrace, les spécialistes ont décidé de l'intégrer au système des zones humides de la Convention de Ramsar *

Le lac Kerkini est né de la fonte du glacier de Rodopi qui a submergé la plaine de Serres il y a plus de 20.000 ans. Par le phénomène de l'érosion; peu à peu le lac se remplit de pierres, cailloux et sables provenant des rivières affluentes. En 1932, l'Etat grec fait construire un barrage près de Lithotopos sur la partie sud du lac qui annoncera la création du lac Kerkini en tant que réservoir d'eau artificiel. En 1982, un autre barrage fut construit. Ces barrages régulent la profondeur du lac ainsi pendant l'hiver, les portes du barrage restent ouvertes et laissent les eaux du Strimonas passer par le lac. Avant le début du printemps les portes se referment et retiennent l'eau qui atteint son niveau le plus haut (10 mètres) vers la fin du mois de mai. En été, cette eau sert l'irrigation des cultures environnantes. La construction de ces barrages eut nécessairement des répercussions sur l'écosystème mais la richesse en ressources naturelles de la région et l'approvisionnement ininterrompu du lac par le fleuve Strimonas font de ce lieu un exemple de réservoir vivant en Grèce.

Autour du fleuve Strimonas, les terres sont fertiles et elles ont donc naturellement attirés les hommes depuis l'Antiquité. Mais si les rapports de ces habitants avec la nature ont été harmonieux c'est au début du XXème siècle que les choses se gâtèrent. Avec le programme de drainage de la région et la construction du premier barrage. Aujourd'hui on compte 21 villages situés aux abords du lac où les activités économiques sont principalement l'agriculture, l'élevage et la pêche. Cette dernière est interdite deux fois par an aux périodes de pontes mais le reste du temps elle est autorisée et l'on aperçoit sans cesse des barques de pêcheurs sillonnant le lac.

La biodiversité présente autour du lac

La forêt inondée qui ceint le lac ne compte pas moins de 10 espèces rares d'oiseaux comme le pélican frisé (Pelecanus crispus) et 300 espèces "courantes" ont été enregistrées. Ainsi aux abords du lac on aperçoit des cormorans, des hérons, des cigognes mais aussi des rapaces qui nichent sur les monts environnants.

Ecoutez le chant du pélican frisé

 

Le lac est également un point de passage pour de nombreux oiseaux migrateurs qui quittent l'Europe orientale pour l'Afrique pendant la période hivernale. Dans les eaux, on ne dénombre pas moins de 30 espèces de poissons différentes dont la macre (Trapa nastans) une espèce en voie de disparition dans les autres pays européens.

Les 12 espèces d'amphibies et les 22 espèces de reptiles se répartissent entre les zones humides c'est à dire les forêts proches du lac et les espaces plus secs donc un peu plus éloignés. Enfin les mammifères représentent également un groupe important puisqu'on dénombre au moins 58 espèces différentes. Les plus remarquables sont les loutres, les buffles, les loups, les sangliers et les chevreuils.

Pour en savoir plus , feuilletez le flip book du lac de Kerkini

*La "Convention internationale de Ramsar sur les zones humides d'importance internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d'eau" plus connue sous l'appellation de Convention de Ramsar a été mise en place en 1971. Elle définit les zones humides comme des "étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d'eaux naturelles ou artificielles, permanentes ou temporaires, où l'eau est stagnante ou courante, saumâtre ou salée, y compris des étendues d'eau marine dont la profondeur à marée basse n'excède pas six mètres. En Grèce, elle a répertorié 11 biotopes comme étant des zones humides qu'il convient donc de protéger. En effet pour que l'écosystème présent dans ces zones soit sauvegardé, il importe que l'eau ne se tarisse pas les autorités et les habitants doivent donc prendre les mesures pour la protéger.

 

                                                                     

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TEXTES: Par Carole Schnitzler pour la Tribune Hellinique

Sons : Xeno Canto