13 March 2014

Parole d'expert : L'éléphant

Relié à une découverte scientifique récente sur la faune sauvage, l'expert Escursia s’appuie sur ces résultats pour vous donner les clés de votre prochain voyage. Comportement animal, techniques photographiques, approche, traces ou encore sons, seront autant de conseils et d’indices que vous pourrez désormais déchiffrer et interpréter lors de votre prochain séjour.

Une étude récente (octobre 2013) conduite par Anna Smet et Richard Byrne du Centre for Social Learning and Cognitive Evolution, de l’Université d’Andrews, a démontré que l’éléphant d’Afrique (Loxodonta africana) était capable de comprendre spontanément et en dehors de tout apprentissage le geste de pointage du doigt d’un Homme dans une direction donnée. Cette faculté, uniquement observée chez quelques grands singes, témoigne de l’extraordinaire capacité cognitive de l’éléphant. (source : Current Biology V23 I20, 2013)

Avant donc de pointer du doigt votre voisin lors d’une prochaine charge d’éléphant, sachez que bons nombres d’indices peuvent être interprétés pour éviter d’en arriver là. L’odorat est le facteur premier trahissant votre présence, avant même l’ouïe, puis la vue. Observer l’éléphant pour savoir s’il a détecté votre présence et s’il y prête une attention particulière (les orifices de sa trompe, repliée en S, pointent dans votre direction) est un premier pas. Barrissements et battements d’oreilles sont un signe de nervosité, votre présence est visiblement une gêne (peut-être la présence d’éléphanteaux). Les jeunes éléphants sont surprotégés par leur mère, mais attention, également par l’ensemble des femelles du troupeau. Ces éléphanteaux concernés sont en général âgés de moins d’un an (à cet âge, leur taille leur permet encore de passer sous le ventre de leur mère).

Malgré toutes les précautions il est possible qu’un éléphant charge dans votre direction. Les oreilles grandement écartées, il s’agit d’une première charge d’intimidation qui s’arrêtera à quelque mettre de vous. La prochaine ira au but. Il apparaît donc de bon sens de montrer à ce pachyderme, pouvant dépasser les 5 tonnes, le respect qui lui est dû et de poursuivre son chemin…

Finalement en période de « Musth », le taux de testostérone chez les mâles peut être multiplié par 50. Un liquide (la frontaline) s’écoule de leurs tempes en abondance. Cet indice bien visible, associé à un comportement agité, est pour vous le signal de garder une distance d’observation plus importante qu’à l’accoutumée.

Mettez à profit ces conseils lors de votre prochain safari en Tanzanie : http://www.escursia.fr/voyage-tanzanie