11 May 2017

Le Pico do Fogo, volcan majestueux du Cap Vert

L’archipel volcanique du Cap Vert révélé par les chansons de la célèbre Cesária Évora, comprend dix îles et huit îlots situés à environ 500km à l’ouest des côtes sénégalo-mauritaniennes et à 1 750km au sud de l’archipel des Canaries. Cette poignée d’îles toute d’origine volcanique, est dominée par l’imposant volcan Fogo qui culmine à 2 829 m au dessus du niveau de la mer, soit 7 000 m depuis le plancher océanique. Ce volcan formé sur l’île du même nom (476 km2), représente l’appareil le plus actif de l’ensemble des îles de l’Atlantique centrale regroupant les Açores, les Canaries et le Cap Vert.

 

Cette galette de lave avance inexorablement formant des bourrelets de sable.
 

Le Pico do Fogo s’inscrit dans la grande caldeira de Chã en forme de fer à cheval. Elle est large d’environ neuf kilomètres, formée par un effondrement latéral de grand volume vers l’Est. C’est dans cette dépression entre le cône volcanique et le pied du rempart de la caldeira que sont venus s’installer depuis plus d’un siècle les villages de Portela, Boca Fonte et Bangaeira. Ce site possédait des terres fertiles non touchées par les laves anciennes et récentes, celles-ci propices à la culture de la vigne avec une production viticole unique, fournissant un vin surnommé « manecon » ou « vinho do Fogo » qui n’est pas exportable. On y trouve également une modeste arboriculture fruitière, quelques cultures céréalières et un élevage de chèvres dont le lait donne un excellent fromage.

 

 

L’éruption de 2014

Le Fogo est entré en éruption le 22 novembre 2014 à 21h GMT, provoquant l’évacuation de populations proches du volcan et la coupure de l’unique route pavée qui dessert et traverse la caldeira de Chã. Il s’agit de l’éruption la plus importante depuis la toute dernière survenue en 1995 et qui a produit environ 30 millions de m3 de lave en un mois et demi d’activité.

Escursia vous propose de partir à la rencontre de ce majestueux volcan. Au programme, la traversée du cratère marqué par les nombreuses éruptions des années et siècles passés, l'approche botanique du site car le cratère renferme de nombreuses espèces de plantes endémiques dont plusieurs sont utilisées pour la médecine familiale traditionnelle, la rencontre avec les habitants du village de Portela aujourd’hui enseveli sous la lave mais que les habitants recolonisent petit à petit, nous découvrons les cultures de vignes, d’arbres fruitiers et de petit maraîchage et la façon dont les habitants apprennent à cohabiter avec ce volcan capricieux. > Voir le voyage

 
Activité strombolienne (Photo : André Laurenti)
Activité strombolienne - (Photo : André Laurenti)
 
 
 

                          

Textes : extraits du blog d'André Laurenti