25 May 2016

Le Delta du Danube, un trésor de biodiversité

Classé réserve biosphère de l’UNESCO depuis 1991, le delta du Danube fait l’objet d’une stricte surveillance. Le respect de l’environnement s’impose ici de par la législation et le milieu lui-même. Le tourisme y est donc toléré, à condition qu’il ne porte pas atteinte au territoire.

Avec une surface totale de 5000 km² (dont près de 500 situés dans la réserve), le delta du Danube est le second plus grand delta d’Europe, après celui de la Volga en Russie, tous deux débouchant sur la Mer Noire. Riche d’une biodiversité impressionnante, le delta abrite en son sein une roselière de 2700 km², près de 400 lacs intérieurs, 700 espèces végétales, 3450 espèces animales dont plus de 300 oiseaux. En conséquence, cet espace bénéficie depuis près de 20 ans de programmes de « reconstruction écologique » qui ont porté leurs fruits puisque que la zone de protection est aujourd’hui transfrontalière, la partie nord et donc ukrainienne du delta étant désormais intégrée à la réserve. Pour la seule Roumanie, ce sont 8% de la surface totale du delta (18 sites) qui sont classés en « protection stricte » où toute activité humaine est exclue. Les activités des touristes et des habitants sont tolérées (sous réserve du respect de l’environnement) dans les zones dîtes « tampons » qui représentent 38,5% du delta. Le reste du delta, soit les 52.7% restant, reste ouvert au développement économique sous le contrôle de l’administration en charge  de la gestion de la réserve.

Le delta est un spot de renommée mondiale au niveau ornithologique, cinq des couloirs de migrations de l’hémisphère nord se croisant dans la Dobrogea. Cette région réunissant le sud-ouest de l’Ukraine, l’est de la Roumanie et nord-est de la Bulgarie voit ainsi surgir chaque année les grandes migrations d’oiseaux, une densité de fréquentation qui peut s’expliquer par la faible pénétration humaine. Les volatiles, en provenance du nord (Europe, Caucase, Iran ou encore Arctique), trouvent ainsi refuge et nourriture chaque année dans les multiples marécages, lacs et roselières qui offrent des conditions exceptionnelles pour se reproduire ou hiverner. Selon les périodes de l’année, les colonies de pélicans frisés et blancs (50% de la population européenne) et les 60% de la population mondiale de cormorans pygmées côtoient cygnes, bernaches, ibis, aigrettes, guêpiers, pygargues et cigognes.

Avec un peu de chance, vous pourrez les observer et les photographier durant leurs sessions de pêche ensemble…